Politique
Paul Kaba
Aziz Badarou

19e forum pharmaceutique international : Œuvrer à l’accès universel aux médicaments de qualité en Afrique

Source: Le Matin Libre

sante

Plus de 350 pharmaciens de toutes les spécialités venus de 22 pays africains dont le Bénin et trois pays européens ont pris part, du 21 au 23 juin 2018 à Ouagadougou au Burkina Faso, aux travaux du 19ème Forum pharmaceutique international. Au cours de ce rendez-vous international, il a été question d’explorer les stratégies et politiques possibles en vue de l’effectivité de l’accès universel aux médicaments de qualité en Afrique…

« Le développement de l’industrie pharmaceutique et l’accès universel aux médicaments de qualité en Afrique », c’est le thème qui a focalisé toutes les attentions durant les travaux du 19ème Forum pharmaceutique international. La cérémonie d’ouverture du forum a été présidée par le Premier ministre Paul Kaba Thiéba, représentant le Président du Burkina Faso. Faut-il le souligner, le forum se veut un cadre d’échanges pour les pharmaciens de toutes les spécialités sur les connaissances actualisées nécessaires à l’exercice de leur profession. Ainsi, il a été question pour les spécialistes du médicament,de réfléchir et de débattre des questions d’importance stratégique dans le domaine de la santé. Justifiant l’importance et la pertinence du thème, le président du comité d’organisation du forum, Alfred Sandouidi a fait savoir qu’il répond à la nécessité pour les pays africains de relever le défi du droit d’accès aux médicaments de qualité à des prix accessibles aux populations. Et cela passe nécessairement par une production locale efficace, à en croire Dr Innocent Kpeto, président de l’Inter-ordre des pharmaciens d’Afrique. Prenant la parole, le Premier ministre Paul Kaba Thiéba, représentant le chef de l’État burkinabé a rappelé que l’Afrique, avec 13% de la population mondiale et près du quart de la morbidité, n’assure que 3% de la production pharmaceutique mondiale. Alors que les États-Unis, avec 4,5% de la population mondiale, représentent 41,2% des ventes mondiales. C’est dire donc que l’Afrique a du chemin à faire pour relever le défi de la production pharmaceutique, surtout quand on sait que le continent est inondé de médicaments contrefaits qui mettent en danger la santé des populations. L’autorité ministérielle a donc exhorté les participants à mener des réflexions approfondies sur la question afin de parvenir à des recommandations pertinentes susceptibles de relancer la production locale de médicaments de qualité et accessibles à tous. Notons qu’une trentaine de communications scientifiques et conférences thématiques ainsi que trois panels sur le développement de l’industrie pharmaceutique, l’assurance maladie universelle en Afrique et la lutte contre le fléau des médicaments illicites ont meublé le forum. De même, il a été organisé des rencontres Be to Be qui ont permis de mettre en contact des investisseurs et des laboratoires de produits pharmaceutiques, ainsi que des porteurs de projets d’investissement. Plus important, les pays participants entendent s’inspirer de l’expérience des pays maghrébins pour relever le défi de la production pharmaceutique. Rappelons que l’Algérie, l’Égypte, le Maroc et la Tunisie arrivent à satisfaire 50 à 70% de leurs besoins en médicaments.

Aziz BADAROU

Cet article a été relayé par un programme informatique depuis le site Le Matin Libre. Jolome News n’offre aucune forme de garantie sur le contenu de cet article.

Ajouter votre commentaire

Jolome Bénin © 2018 - bjnews (arobase) jolome.com