Economie
Salami
Mathieu Kérékou

Affaire annulation d’un prêt par la Bid : Zul-Kifl Salami, le médecin après la mort

Source: Le Matin Libre

Zul-Kifl-SALAMI

« Je ferai de mon mieux pour que le Bénin ne perde pas le financement de la Bid… », s’est exprimé l’ancien gouverneur et aujourd’hui représentant du Bénin auprès de la Banque islamique du développement (Bid). Ainsi donc, à propos de l’annulation d’un prêt de 16,5 milliards FCfa qui déchaîne  actuellement les passions, Zul-Kifl Salami vient en pompier et offre, comme il en a l’habitude, ses services au Chef de l’Etat Patrice Talon. Qu’à cela ne tienne. Mais quand on connait l’influence de cet ancien ministre de Kérékou à la Bid, de même que ses entrées dans le monde arabe, Zul-Kifl Salami ne pouvait-il pas évité cette humiliation au pays ?

Il est vrai que ce sont les cadres de la Caisse autonome d’amortissement (Caa) et du Fonds national de microfinance (Fnm) qui ont conduit le Bénin dans cette impasse. Ce sont eux qui, soucieux de leurs primes, ont fait perdre au pays ce financement de 16,5 milliards dans un contexte où le gouvernement de la Rupture peine à mobiliser les fonds pour financer son Pag. Mais ceci pouvait être rattrapé et corrigé si, Zul-Kifl Salami avait, en bon patriote, informé à temps le Chef de l’Etat ou tout au moins le ministre d’Etat et actuel gouverneur de la Bid Abdoulaye Bio Tchané sur le risque de perte du financement. La pratique au sein des institutions de financement, quand un projet d’une telle envergure est sur le point d’être retiré, deux semaines avant la cession qui doit statuer, le représentant du pays au sein de l’institution est tenu informé. Il est alors inconcevable que, de part sa position, Zul-Kifl Salami, ne sache pas que le dossier comporte des irrégularités qui concourent à l’annulation pure et simple du prêt. Pourquoi n’avoir pas tiré la sonnette d’alarme en son temps ? Pourquoi n’a-t-il pas mis les connaissances, dont  il se prévaut maintenant, pour corriger les irrégularités et éviter au pays d’en arriver là, lui qui vit carrément à Djeddah ?

La vérité, Zul-Kifl Salami n’est plus aussi pétillant de forme. A près de 80 ans, le poids de l’âge n’est-il pas en train de produire ses effets sur sa capacité de proactivité ? Il est peut-être temps que Zul-Kifl Salami dépose le tablier, qu’il passe la main. A moins qu’il ait fait exprès de se taire pour venir ensuite jouer les médiations afin de montrer au Chef de l’Etat, combien il peut lui être utile. La Bid a toujours été le fonds de commerce de Zul-Kifl Salami auprès des gouvernements successifs. Ce qui lui a valu le nom d’un régimiste hors pair. L’ancien président Feu Général Mathieu Kérékou n’avait-il pas raison quand il disait que le problème de ce pays, ce sont ses intellectuels ?

M.M

Cet article a été relayé par un programme informatique depuis le site Le Matin Libre. Jolome News n’offre aucune forme de garantie sur le contenu de cet article.

Ajouter votre commentaire

Jolome Bénin © 2018 - bjnews (arobase) jolome.com