Culture
Teddy Gandigbe
Sébastien Ajavon

Au sujet de la pièce ‘’Le Chroniqueur du PR’’ : Daté Atavito Barnabé-Akayi jette une bougie dans le noir

Source: Le Matin Libre

le-chroniqueur-du-PR

(La nouvelle classe politique  au pouvoir est au bout de la plume)
Il est sans doute l’un des plus prolifiques auteurs de la jeune génération des écrivains béninois. Daté Atavito Barnabé-Akayi, celui qu’il convient aujourd’hui d’appeler l’écrivain à multiple casquettes, puisque, poète, dramaturge, nouvelliste et autre, vient d’enrichir la bibliothèque béninoise d’une nouvelle pièce de théâtre. L’œuvre est intitulée ‘’Le chroniqueur du PR’’. Un ouvrage qui époussette les actions de l’actuel pouvoir en place et met au clair, dans une satire à peine voilée, une conscience collective à rude épreuve.

A travers la voix de deux personnages : le Chroniqueur et le Confrère, le dramaturge a osé. Exprès, le choix des noms des personnages a été orienté vers un secteur d’activité précis, le monde de la presse. Comme pour indiquer qu’il s’agit de l’actualité pour de vrai. Et comme des poupées Russes, les vérités sont imbriquées les unes dans les autres pour former à la fin un coffret de sous-entendus qui caractérise l’interaction entre l’actuel pouvoir et le peuple béninois. L’auteur est parti d’une discussion axée autour d’un sujet bateau,  presque anodin, le terrorisme. Mais par le truchement de l’œuvre, le dramaturge a réussi à démontrer qu’à travers les actions que mène déjà le pouvoir en place, le peuple béninois n’est plus loin du phénomène, du moins, de la catastrophe. Dans une allégorie indicative de l’éléphant et de la fourmi, l’écrivain a mis par exemple un accent sur l’affaire de 18 kilos de Cocaïne découvert au port. Puis, de coq à l’âne, plein d’autres sujets qui malaxent l’actualité présente sont abordés par les personnages sur un fond de conscience ivre, que l’auteur a bien voulu leur attribuer. Comme quoi, rien ne va rompre en politique au Bénin. En claire, Talon et Ajavon sont déjà en scène dans une œuvre de fiction d’environ 80 pages et il reste à découvrir l’ouvrage à travers une lecture ou un spectacle pour tirer des conclusions personnelles.

Teddy GANDIGBE

Cet article a été relayé par un programme informatique depuis le site Le Matin Libre. Jolome News n’offre aucune forme de garantie sur le contenu de cet article.

Ajouter votre commentaire

Jolome Bénin © 2017 - bjnews (arobase) jolome.com