Politique
Immaculée Vignonde
Armand Zinzindohoué

Cybercriminalité : Un mal qui arrière le développement du Bénin

Source: Nouvelles Mutations

Cybercriminalité : Un mal qui arrière le développement du Bénin

Armand Zinzindohoué, ministre de l’intérieur et de la sécurité publique

Armand Zinzindohoué, ministre de l’intérieur et de la sécurité publique

L’Internet constitue aujourd’hui un moyen de communication incontournable dans le monde. Au Bénin, ce canal est rentré dans les habitudes. Mais son utilisation actuelle par la jeunesse béninoise, qui en fait un instrument d’escroquerie, constitue un facteur inhibiteur et dangereux pour le développement du pays.

Moyen de communication par excellence, l’Internet permet à tout individu connecté d’être au courant de l’actualité et de mener à bien toutes sortes d’activités. Il a permis et continu d’être à l’avantage des Béninois qui l’utilisent. Mais aujourd’hui, son utilisation par la jeunesse béninoise et les Cotonois en particulier pose un problème très délicat pour le développement du pays.

Dans les cyber-cafés de Cotonou, au lieu d’effectuer des recherches scientifiques ou d’exercer des activités saines, certaines personnes préfèrent anarquer. L’anarque est, en fait, un acte criminel passible d’emprisonnement. Ceux qui s’adonnent à l’anarque sont considérés comme des déviants. Parmi eux, la majorité est nigériane. Ils font croire à d’autres personnes en l’occurrence européens qu’ils représentent une société sérieuse au Bénin qui vend par exemple des véhicules meilleure qualité ou des animaux. De même, l’escroc peut dire qu’il dispose d’un grand terrain à vendre, ou que son père à des actions dans presque toutes les banques du Bénin, et de biens immobiliers. Mais la mort ayant rappelé celui-ci, tous ses biens lui revenaient de droit. Malheureusement, les amis de son père défunt et la famille veulent le tuer, alors il souhaite envoyer l’héritage à l’étranger. D’une façon globale, il ment et oblige sa victime à lui envoyer de l’argent, puis disparaît par la suite. N’ont-ils pas vendu une fois la Place de l’Etoile rouge ? Récemment, ces délinquants ont trouvé un autre moyen d’escroquer. Il s’agit d’utiliser la photo d’une personnalité importante et avec l’aide de l’informatique modifie à leur guise celle-ci pour faire croire à leur victime qu’ils ont des relations très importantes. En tous cas, tous les moyens sont bons pour anarquer.

Ces comportements font obstacle au développement du Bénin, en ce sens que les sociétés sérieuses auront du mal à convaincre les investisseurs et les acheteurs potentiels qui sont à l’autre bout du monde. Le Bénin est, du coup, de moins en moins crédible à la face du reste du monde. Heureusement, la police béninoise ensemble avec les autres corps de l’armée luttent activement contre ce phénomène. Ils arrivent à envoyer au moins dix (10) computer men, comme on les appelle aussi, en prison par mois. C’est un effort très louable, mais ils doivent travailler encore plus, car ces individus sans foi ni loi sont capables de tout. Ils utilisent l’identité des personnalités pour parvenir à leur fin, tant ils prennent de l’argent à la banque sans être arrêté. L’absence d’une loi participe au Bénin d’un tel phénomène. On apprend qu’un projet de loi est en préparation dans ce sens. Il faut donc que le parlement joue sa partition une fois parvenu sur sa table.

Immaculée VIGNONDE

Cet article a été relayé par un programme informatique depuis le site Nouvelles Mutations. Jolome News n’offre aucune forme de garantie sur le contenu de cet article.

Ajouter votre commentaire

Jolome Bénin © 2014 - bjnews (arobase) jolome.com