Politique
Brice Sinsin
Eléonore Yayi Ladekan

Editorial : Changement de cap à l’Uac

Source: Fraternité


Editorial : Changement de cap à l’Uac

Les dés sont jetés. Convié aux urnes, le corps électoral de l’Université d’Abomey-Calavi s’est prononcé. Sans grande surprise, c’est l’actuel 1er vice-recteur qui prendra les rênes de ce haut lieu du savoir dès le 18 décembre prochain. Maxime da Cruz qui fait partie de l’équipe actuelle dirigée par Brice Sinsin est monté en grade. Au cours des trois prochaines années, il sera le principal maître à bord du navire Uac. Delphin Mèhinto, son challenger au second tour, n’a pas obtenu les faveurs des électeurs. Il devra se soumettre au verdict des urnes et collaborer avec la liste gagnante pour le rayonnement de l’Université d’Abomey-Calavi. Idem pour les têtes des trois autres listes qui n’ont pu passer le cap du premier tour. Maintenant que les élections rectorales sont terminées, il va sans dire que la tension est baissée d’un cran et l’Université devra retrouver sa sérénité d’entre-temps.
Brice Sinsin qui a passé ces six dernières années à la tête de l’Uac égrène ses derniers jours en tant que recteur. Avec lui, l’Université d’Abomey-Calavi a connu une certaine avancée, tout au moins sur le plan physique. De nouveaux bâtiments sont sortis de terre et un accent particulier a été mis sur l’aménagement et l’entretien des espaces verts. Quant à l’aspect recherche et enseignement, il est évident qu’il y a encore tant à faire. L’écart entre ce qui doit être, ce qui est observé dans les plus grandes universités et ce qui se vit à l’Uac est tellement important qu’il faut mouiller davantage le maillot pour se rapprocher des standards internationaux. Mais Brice Sinsin n’a pas pour autant démérité. Dans un contexte difficile, il a réussi à donner une certaine visibilité à l’Uac. En témoigne les prix et distinctions qu’il a reçus à ce poste.
Maxime da Cruz appelé à poursuivre l’œuvre est entouré de personnes averties. Marcel Zannou, Félicien Avlessi et Eléonore Yayi Ladekan seront à ses côtés pour l’épauler et apporter leur expertise à la réussite de la mission. Cette équipe s’installe à un moment où les étudiants ont de plus en plus l’impression d’être jetés en pâture à leurs enseignants. Victimes d’un système qui les opprime plus qu’il ne les promeut, les étudiants ont été les souffre-douleurs des autorités rectorales et gouvernementales ces dernières années. Incompris, malmenés, mis au ban de la communauté universitaire, ils n’ont été réhabilités que grâce à la Cour constitutionnelle. Dès son installation, Maxime da Cruz devra s’atteler à aplanir les divergences et à créer un climat de paix et de confiance entre les étudiants et le rectorat.
Avec un projet de société axé sur la gestion participative des ressources financières et humaines, la promotion de la recherche et de l’accès des enseignants aux différents grades du Conseil africain et malgache pour l’enseignement supérieur (Cames), le nouveau recteur et ses collaborateurs ont du pain sur la planche. C’est bien beau de dresser un catalogue d’intentions. Mais c’est à l’œuvre qu’on reconnaît l’artisan. C’est peu dire que passés l’émotion et le stress des élections, c’est maintenant que le plus dur commence pour eux. Une université moderne, rayonnante, attrayante, dynamique, où des étudiants se bousculent à ses portes, voilà ce qu’ils sont appelés à faire de l’Uac. Avec de la volonté, de l’engagement et de l’enthousiasme, Maxime da Cruz et son équipe peuvent relever ces défis. A eux de prouver que la communauté universitaire ne s’est pas trompée en portant son choix sur eux !

9-11-2017, Moïse DOSSOUMOU


Cet article a été relayé par un programme informatique depuis le site Fraternité. Jolome News n’offre aucune forme de garantie sur le contenu de cet article.

Ajouter votre commentaire

Jolome Bénin © 2018 - bjnews (arobase) jolome.com