Politique
Boni Yayi
Moïse Dossoumou

Editorial : La leçon des Fcbe à l’Un

Source: Fraternité


Editorial : La leçon des Fcbe à l’Un

Ils ont eu tort, ceux qui ont fait le pari de voir les Forces cauris pour un Bénin émergent (Fcbe) voler en éclats. Contrairement à l’Union pour le Bénin du futur (Ubf) qui a été dissoute quelques mois après la passation de charges entre feu Mathieu Kérékou et Boni Yayi, les Fcbe survivent, contre vents et marées. Bientôt deux ans que Boni Yayi a lui aussi passé le témoin à Patrice Talon. Vouée à une disparition certaine, l’alliance politique qui constitue aujourd’hui son héritage politique renaît de ses cendres. Les départs et les désertions n’ont pas émoussé l’ardeur et la détermination des fidèles des fidèles qui continuent de jeter inlassablement, jour après jour, toutes leurs forces dans la bataille. Inaudibles au départ, les Fcbe ont réussi au prix de la persévérance à susciter la sympathie et l’intérêt d’une certaine frange de la population.
Le weekend dernier à Parakou, ce fut pour eux un moment de gloire. En l’espace d’une journée, ce bloc politique a réussi à déjouer tous les pronostics en s’attirant les faveurs d’une foule impressionnante qui n’a pas hésité à effectuer le déplacement. En mode guest star, Boni Yayi s’est offert des moments uniques de jouissance populaire, tel qu’il les aime. Son discours dont le timbre et la teneur ont revêtu les couleurs de la paix a mis un terme à la longue série des allocutions qui allongent indéfiniment le temps imparti à ces genres de manifestations. Sitôt après, les congressistes se sont mis à la tâche. La décision phare issue de ce deuxième congrès ordinaire fut le changement de statut de ce creuset politique. Initialement composée de partis, de mouvements et de personnalités diverses, les Fcbe ont fusionné en un seul et unique parti politique. C’est un changement majeur qui mérite d’être salué à plus d’un titre.
Pendant que le bloc politique fidèle à Boni Yayi décide d’opérer des réformes pour être plus présent et plus efficace sur le terrain politique, l’Union fait la nation tergiverse. Pourtant, ces dernières années, elle fut la première alliance qui a indiqué, au vu et su de tous, qu’elle prendra au plus tôt la forme d’un grand parti politique. Composée au départ des mastodontes de la classe politique, à l’instar de la Renaissance du Bénin (Rb), du Parti du renouveau démocratique (Prd), du Parti social démocrate (Psd), du Mouvement africain pour la démocratie et le progrès (Madep), de Force clé, pour ne citer que ceux-là, l’Union fait la nation est réduite aujourd’hui à une peau de chagrin. Le Prd et la Rb ont claqué la porte. Le Psd divisé est en proie à une crise interne tout comme Force clé. Quant au Madep, il a sérieusement perdu du terrain. Ce regroupement politique qui a fait rêver plus d’un en son temps a tout l’air d’un tigre en papier.
Les Fcbe, fragilisées et vouées aux gémonies, ont su trouver les ressources pour rebondir de fort belle manière, même s’il leur reste à prouver qu’elles peuvent s’offrir des gains électoraux conséquents. En dépit du contexte difficile, elles ont su résister et font à présent peau neuve sur l’échiquier politique avec l’entrée en scène de Boni Yayi. Malheureusement, on ne peut en dire autant de l’Un qui a beaucoup plus un passé qu’un avenir. Riche de plusieurs décennies d’expérience politique, Bruno Amoussou a étalé ses limites. Avec lui, l’Un était en droit de conquérir du terrain et de s’affirmer comme une force politique incontournable. Hélas, c’est plutôt tout le contraire. Voilà que de manière inattendue, ce sont les Fcbe qui viennent de donner une leçon politique à leurs aînés. Que fera l’Un ? Se laissera-t-elle mourir ou puisera-t-elle en son sein les ressources pour une réaction d’orgueil ? Rien n’est moins sûr.

13-02-2018, Moïse DOSSOUMOU


Cet article a été relayé par un programme informatique depuis le site Fraternité. Jolome News n’offre aucune forme de garantie sur le contenu de cet article.

Ajouter votre commentaire

Jolome Bénin © 2018 - bjnews (arobase) jolome.com