Politique
Reine Alapini Gansou
Moïse Dossoumou

Editorial : Une candidature pour le Bénin

Source: Fraternité


Editorial : Une candidature pour le Bénin

La nouvelle est tombée il y a peu. Le Bénin est candidat au poste de juge à la Cour pénale internationale. Afin de maximiser ses chances de succès à ce scrutin, le gouvernement a porté son choix sur une femme. Reine Alapini Gansou aura l’insigne honneur de défendre les couleurs nationales à cette élection dont on ne peut prédire l’issue. En validant ce projet en Conseil des ministres, le gouvernement a d’ores et déjà lancé les hostilités. « A cet effet, il est demandé au ministre des Affaires étrangères et de la coopération et au ministre de la justice et de la législation, d’organiser le plaidoyer nécessaire » pour que le Bénin obtienne gain de cause. En soi, c’est déjà une avancée que le Bénin se lance dans le positionnement de ses cadres dans certaines instances internationales.
Créée par la convention de Rome du 17 juillet 1998, la Cour pénale internationale basée à La Haye en Hollande « est une juridiction permanente, destinée à punir les crimes les plus graves contre le droit humanitaire international, lorsque les criminels ne peuvent être jugés dans leur pays ». La compétence de cette cour est limitée à quatre catégories d’infractions : les crimes contre l’humanité, les génocides, les crimes de guerre et les crimes d’agression. Pour siéger au sein d’une instance judiciaire aussi prestigieuse, il faut avoir une compétence requise dans les domaines pertinents du droit international. Avocate pénaliste, membre du Barreau pénal international, Reine Alapini Gansou fut présidente et membre de la commission africaine des droits de l’homme et des peuples de 2005 à 2017. Elle est également rapporteur spécial sur la Situation les défenseurs des droits humains en Afrique.
L’appui du Bénin à la candidature de Reine Alapini Gansou est la première étape d’un processus assez bien défini. Les juges de cette juridiction internationale sont élus pour un mandat unique de 9 ans. Ils sont choisis pour leurs compétences, mais aussi et surtout pour leur intégrité et leur indépendance. Evalués par plusieurs comités indépendants, les juges de cette Cour sont élus au bulletin secret par l’Assemblée des Etats parties. La candidature féminine présentée par l’Etat béninois est un atout car la Cpi fait de la représentation équitable homme-femme un principe clé. En effet, « si les femmes et les hommes apportent des points de vue différents pour juger… les deux sont nécessaires pour un processus et des résultats impartiaux ». « Cette impartialité est un facteur fondamental de la légitimité normative d’un tribunal ». Le premier pas ayant été posé par le Bénin, il reste l’accompagnement dont devra bénéficier la candidate.
Six postes de juge sont en compétition. Le scrutin aura lieu en décembre prochain lors des travaux entrant dans le cadre de la 16ème session de l’Assemblée des Etats parties. Avant cette étape ultime et décisive, un travail de fond devra être fait par les officiels béninois. Le ministère des affaires étrangères et celui de la justice ont du pain sur la planche. Ainsi que l’a précisé le relevé du Conseil des ministres du 6 septembre dernier, il leur revient de faire le plaidoyer nécessaire afin que notre compatriote Reine Alapini Gansou soit élue à ce poste. Chaque fois qu’un Béninois brille, se distingue positivement ou accède à une fonction prestigieuse, c’est tout le Bénin qui est honoré. Si elle est élue, la candidate siégera d’abord au nom du Bénin. Cette perspective suffit pour que le gouvernement joigne l’acte à la parole en mouillant le maillot pour Reine Alapini Gansou.

13-09-2017, Moïse DOSSOUMOU


Cet article a été relayé par un programme informatique depuis le site Fraternité. Jolome News n’offre aucune forme de garantie sur le contenu de cet article.

Ajouter votre commentaire

Jolome Bénin © 2017 - bjnews (arobase) jolome.com