Politique
Boni Yayi
Dine Abdou

La Loupe : Pourquoi Candide Azannaï était absent ?

Source: Le Matin Libre

candide-azanai

Spéculons un peu.

Si l’on devrait tenir compte des rumeurs et de tout ce qui se trame  au niveau des nouveaux coalisés anti-talon, la présence de Candide Azannaï au congrès des Fcbe serait une chose normale. Un non-événement car tout le monde s’y attendait.
C’est son absence plutôt qui suscite quelques interrogations et mérite qu’on s’y penche.

On peut dire que c’est calculatrice à la main que l’homme de Zogbo et de Guinkomey, le faiseur et le tueur de Boni Yayi, a abordé la lecture politique de la sortie de celui-ci à Parakou à l’occasion du congrès et de la création du parti Fcbe.

Était-il rentable et efficace de se mettre au côté du prédécesseur de Patrice Talon?

Quel effet une telle apparition aura-t-il sur son image?

Quel jugement l’opinion et les potentiels électeurs en feront?

Boni Yayi est-il populaire en ce moment?

Quelle est sa côte de popularité à cet instant?

N’étant pas un néophyte qui embrasse tout ce qu’on lui propose, il a dû attendre pour observer.

Azannaï n’a pas boudé la réunion, mais il a joué comme tout politicien au calculateur.

Et après ça, compte tenu de la brillante réussite de l’événement, et de l’évidente popularité prouvée de Boni Yayi, quel est l’état d’âme d’Azannaï?

Difficile de le dire, mais on est tenté d’affirmer qu’il pourrait avoir un léger remord.

Boni Yayi a fait peau neuve, et tous ceux qui étaient à ses côtés ont naturellement bénéficié de son aura positive.

Si c’était à refaire tout de suite,  le Président de Restaurer l’espoir pourrait ne pas bouder cette rencontre.

Il en est de même pour Sébastien Ajavon qui a certainement fait les mêmes calculs et opté pour les mêmes types d’hésitation, même s’il s’était fait représenter par son directeur de campagne, ce qui n’est pas mince.

De toutes les manières, la clarification se poursuit peu à peu, l’opposition se dessine un peu plus clairement.

Il ne reste plus maintenant qu’à la mouvance de jouer sa partition, pour que la démocratie reprenne ses lettres de noblesse.

Surtout sans verser uniquement dans les attaques vaines et les pratiques peu recommandables pour venir à bout de l’adversaire.

Dine ABDOU

Cet article a été relayé par un programme informatique depuis le site Le Matin Libre. Jolome News n’offre aucune forme de garantie sur le contenu de cet article.

Ajouter votre commentaire

Jolome Bénin © 2018 - bjnews (arobase) jolome.com