Monde
Fatima Awali
Laure Stephan

Liban: le mouvement antisystème à nouveau dans la rue

Source: 7auBenin.com

Liban: le mouvement antisystème à nouveau dans la rue

Liban: le mouvement antisystème à nouveau dans la rue
Un manifestant agite un drapeau libanais devant un tas d’ordures, le 15 septembre 2015. La crise des déchets a progressievement mué en contestation socio-politique à Beyrouth depuis plusieurs mois. REUTERS/Mohamed Azakir

Au Liban, le mouvement antisystème appelle à une nouvelle manifestation ce jeudi soir à Beyrouth, pour demander un règlement de la crise des déchets. Depuis plus de deux mois, les ordures de Beyrouth et de ses banlieues sont jetées dans des décharges sauvages ou s’amoncellent dans les rues, faute de décharge. Une situation imputée par les militants à une classe politique irresponsable. La colère dépasse la crise des déchets. Elle étale au grand jour les difficultés sociales du pays, à l’origine de l’émigration des jeunes.

De notre correspondante à Beyrouth,  Laure Stephan

Depuis août, Lynn Bejjani est de toutes les manifestations. Enseignante de 32 ans, elle en a assez de la corruption, de la vie chère, des infrastructures défaillantes. Avec son mari, qui a vécu plusieurs années dans le Golfe, ils veulent un avenir plus serein pour leur fils, dit Lynn. Un dilemme : rester ou émigrer. « On réfléchit très sérieusement à savoir si l’on doit rester ou pas. Avec des manifs comme celles-ci, si cela passe bien, on pourra rester beaucoup plus facilement. C’est une lueur d’espoir que peut-être enfin les choses commencent à bouger au Liban. Les gens ne croient plus dans les personnes qui nous ont menées pendant toutes ces années. »

Fatima Awali, 20 ans, engagée dans le mouvement antisystème, se demande si elle devra partir une fois diplômée. Plus d’un jeune sur cinq est au chômage au Liban. Cette étudiante ne se voit pas vivre dans un pays qu’elle juge dysfonctionnel, elle espère des réformes : « Si j’ai rejoint le mouvement de contestation, c’est parce que je crois qu’il est contre le confessionnalisme au Liban. Ce confessionnalisme est à l’origine de nombreuses discriminations. Et puis, je ne m’habitue pas aux coupures d’électricité ou d’eau, et maintenant, aux déchets (autour de nous). Je veux vivre une vie normale ! »

Par RFI

Cet article a été relayé par un programme informatique depuis le site 7auBenin.com. Jolome News n’offre aucune forme de garantie sur le contenu de cet article.

Ajouter votre commentaire

Jolome Bénin © 2017 - bjnews (arobase) jolome.com