Revue de presse du 17/01/2016
Sébastien Ajavon
Pascal Irenée Koupaki

Pour contrer l’alliance Fcbe-Prd-Rb : ABT, Ajavon, PIK et Talon peuvent-ils pactiser ?

Source: 7auBenin.com

Pour contrer l’alliance Fcbe-Prd-Rb : ABT, Ajavon, PIK et Talon peuvent-ils pactiser ?

Pour contrer l’alliance Fcbe-Prd-Rb : ABT, Ajavon, PIK et Talon peuvent-ils pactiser ?

Pour le scrutin présidentiel dont le premier tour aura lieu le 28 février prochain, un inévitable jeu des alliances était attendu. Si l’annonce dans la soirée du 12 janvier dernier du pacte scellé entre les Forces cauris pour un Bénin émergeant (Fcbe), le Parti du renouveau démocratique (Prd) et la Renaissance du Bénin (Rb) dans la perspective de cette élection a contribué à changer la donne politique, elle contraint d’autres acteurs incontournables pour ce scrutin à adopter une nouvelle stratégie. Les principaux concernés sont Abdoulaye Bio Tchané, Sébastien Ajavon, Pascal Irénée Koupaki et Patrice Talon.


Patrice Talon et Abdoulaye Tchané se sont prononcés ces dernières heures sur le soutien apporté officiellement depuis le 12 janvier dernier, par le Parti du renouveau démocratique (Prd) et la Renaissance du Bénin (Rb) à Lionel Zinsou. Si le magma du coton déclare que cela « ne l’empêchera pas de remporter le scrutin présidentiel au soir du 28 février », Abdoulaye Bio Tchané ancien président de la Banque ouest-africaine de développement (Boad) estime dans un communiqué publié hier qu’il y avait selon lui désormais deux camps qui allaient à la conquête de la Marina. Au sujet du premier, il déclare qu’il est « celui du troisième mandat déguisé et de la poursuite d’une politique fondée sur la mal-gouvernance sur tous les plans, la démagogie et le mensonge permanent ». Pour lui, le second est « celui de l’opposition et du peuple Béninois, dans sa diversité dont les composantes se battent non seulement pour une alternative démocratique, mais aussi et surtout pour une alternance crédible ». Or, il faudra bien plus que ces déclarations, alors que tous les deux sont avec Sébastien Ajavon et Pascal Irénée Koupaki ceux qui pouvaient miser sur un ralliement du Prd ou de la Rb.

Le temps presse

En faisant une addition mécanique des voix des Fcbe, du Prd et de la Rb au regard de leurs scores aux deux scrutins de l’année dernière, la seule réponse qui peut constituer pour cette nouvelle coalition une réponse du berger à la bergère serait que le quatuor Ajavon, Koupaki, Talon et Tchané dégage en son sein un candidat qui sera le principal adversaire de Lionel Zinsou dès le premier tour. On se retrouverait alors dans la configuration de 2011 où il y avait deux grands blocs avec les Fcbe d’un côté et l’Union fait la nation (Un) de l’autre. Or ces quatre candidats sont à une étape de la course pour la conquête de la Marina, qu’il sera bien difficile pour l’un ou l’autre de renoncer à briguer la magistrature suprême après tous les efforts qui ont été fournis depuis plusieurs années pour Koupaki et Tchané et depuis quelques mois seulement pour Ajavon et Talon. Dans le même temps, l’échéance du premier tour se rapproche alors que la campagne électorale officielle débutera dans quatre semaines.


La carte d’un vote sanction

Si tous restent dans la course, le slogan d’un vote sanction contre Lionel Zinsou serait vraisemblablement dit et redit. Mais il sera bien difficile de mesurer l’impact qu’il aura sur l’électorat de l’alliance Fcbe-Prd-Rb. C’est seulement après le 28 février qu’il sera déterminé à sa juste valeur. Outre ce slogan de campagne, les principaux adversaires de Lionel Zinsou à défaut de pouvoir s’unir peuvent dès maintenant miser sur une démobilisation des partisans du Prd et de la Rb qui ne se reconnaissent pas dans la consigne qui a été donnée par les deux formations politiques. Leurs voix pourraient aller vers Ajavon, Talon, Koupaki et Tchané. Mais là aussi le quatuor fera aussi le jeu de Lionel Zinsou qui a moins d’un cataclysme peut considérer qu’il a déjà son ticket pour le second tour à défaut de faire le « KO » auquel certains esprits se préparent déjà. Dans l’éventualité d’un second tour, l’idéal pour Zinsou sera d’avoir une confortable avance sur le candidat qui arrivera deuxième afin de ne pas être obligé d’avoir à chercher beaucoup de suffrages afin de remporter le second tour. Au finish si on peut légitimement estimer que les Fcbe, le Prd et la Rb perdront des suffrages, l’éparpillement de ceux-ci entre Ajavon, Talon, Koupaki et Tchané ne fera pas du tout les affaires de ces derniers. Au-delà donc de toutes ces possibilités, la seule qui aura un gros impact politique serait que les quatre s’unissent, car elle leur permet de mettre en avant dès le premier tour un vote utile pour un seul candidat au lieu de continuer à aller dans la course chacun de son côté. De plus pour un éventuel second tour, la coalition Fcbe-Prd-Rb pourrait toujours tenter d’avoir le ralliement de Koupaki ou de d’Ajavon. En effet au sein du quatuor, si les ponts politiques sont rompus entre Talon et Tchané et cette toute nouvelle coalition, ce n’est pas encore a priori le cas entre elle, Koupaki et Ajavon. En effet jusqu’à maintenant, ils ne font pas une précampagne frontale contre le régime sortant.


Bernado Mariano Houenoussi

Cet article a été relayé par un programme informatique depuis le site 7auBenin.com. Jolome News n’offre aucune forme de garantie sur le contenu de cet article.

Ajouter votre commentaire

Jolome Bénin © 2017 - bjnews (arobase) jolome.com