Politique
Patrice Talon
Mike Mahouna

Proposition d’amendement de la Constitution : La promotion des femmes, un faux prétexte

Source: Le Matin Libre

femmes

Au nombre des réformes que la Rupture propose pour pouvoir amender la Constitution, il y a la promotion de la femme. C’est un faux fuyant. Un prétexte que le gouvernement et certains députés comptent vendre pour atteindre des objectifs inavoués.

En difficulté dans l’opinion, la Rupture veut faire recours à toutes les armes pour toucher à la Constitution du 11 décembre 1990. Depuis quelques jours, les réformes à introduire dans la loi fondamentale font le tour des réseaux sociaux. Il y en a une qui montre manifestement que les députés soutenant l’initiative et le gouvernement ne sont pas du tout sincères. Il s’agit de la promotion de la gent féminine. A les entendre, il est aujourd’hui  indispensable d’imposer la présence remarquable des femmes à l’Assemblée nationale et dans d’autres instances de décisions. Pour réaliser cet objectif, selon eux, il faudra nécessairement inscrire cette obligation dans la Constitution du Bénin. C’est une argumentation qui ne convainc personne. En effet, pour promouvoir la femme, le Bénin n’a point besoin de le souligner dans sa loi fondamentale. Il suffit de faire adopter une loi ordinaire et d’avoir une volonté politique claire. Aujourd’hui, personne ne peut croire à la réforme annoncée par la Rupture et ses députés. Les femmes sont désabusées puisque c’est le régime de la Rupture qui les a le plus mises en difficulté à travers sa politique antisociale. Par ailleurs, il y a peu de femmes représentées au gouvernement. Patrice Talon a fait moins d’efforts par rapport au régime du Changement. Cela montre clairement que le gouvernement de Patrice Talon n’a que faire de la promotion de la gent féminine. On pourrait également s’interroger sur la présence des femmes au sein des organisations politiques soutenant les actions du Chef de l’Etat.  Combien de femmes ont-elles réussi à positionner sur leurs listes lors des dernières législatives et communales? Combien de femmes jouent les premiers rôles au sein de ces partis politiques proches de la Rupture? La situation est pour le moins déplorable. On peut oser affirmer que ces politiciens vendent aujourd’hui du vent. Ils ne proposent concrètement rien. Ils veulent trouver simplement des subterfuges pour atteindre des objectifs cachés. La promotion de la femme reste le dernier souci de la Rupture. Ce n’est qu’un faux prétexte agité pour séduire encore les femmes et les organismes internationaux engagés dans la défense du sexe faible.

Mike MAHOUNA   

Cet article a été relayé par un programme informatique depuis le site Le Matin Libre. Jolome News n’offre aucune forme de garantie sur le contenu de cet article.

Ajouter votre commentaire

Jolome Bénin © 2018 - bjnews (arobase) jolome.com