Politique
Gustave Assah
Patrice Talon

Sur la sellette à cause d’une lettre ouverte : Social Watch subit-il des pressions ?

Source: Le Matin Libre

social-watch

Une lettre ouverte adressée à la communauté internationale avec l’entête de Social Watch Bénin, signée de son président fait depuis hier le tour des réseaux sociaux. On y lit un sévère réquisitoire sur la gouvernance du Chef de l’Etat Patrice Talon depuis le 06 avril 2016. Cette lettre ouverte, qui a pour objectif d’inviter les institutions de Bretton Woods à jouer un rôle de premier plan en tant que coordonnatrices de la mise en œuvre des réformes dans le cadre du partenariat international qui les lie au Bénin, peint un tableau sombre de l’influence des nouvelles autorités du Bénin dans la fragilisation des acquis démocratiques, les dérives autoritaires visant à étouffer l’option démocratique, la caporalisation de certaines institutions de la République, la destruction des partis politiques appelés à animer la vie politique, la phobie des contradictions par le difficile accès à la presse et à l’information ainsi qu’aux différents supports  de communication : télévisions publiques comme privées, la presse audio, la plupart des journaux sous contrat appuyés par l’achat des consciences avec les fonds publics. Et comme si cela ne suffisait pas, la lettre fait également mention de dérives dans le processus de l’assainissement des affaires par un holdup de la société d’économie mixte Sodéco et de la filière coton, un holdup du contrat de Pvi-Ng, destructeur de la concurrence et institution d’un monopole au port de Cotonou à son profit, le vote par l’Assemblée de lois non conformes à l’intérêt général. Et pour couronner le tout, l’institution de réformes économiques centrées sur des conflits d’intérêt, entraînant le caractère indissociable du patrimoine de l’homme d’affaires de celui du président de la république. En somme, la lettre décrit un Bénin qui s’écarte dangereusement des normes démocratiques et qui a  urgemment besoin de  l’aide de la communauté internationale en vue de garantir une meilleure gouvernance de ses ressources au profit du peuple et de l’intérêt général.

Mais depuis que cette lettre attribuée à Social Watch suscite la polémique sur la toile, le réseau n’est pas monté au créneau pour attester ou contester l’existence d’une telle lettre contrairement à ses habitudes. Toutes les tentatives pour attester de l’authenticité de la lettre ont abouti à des réponses confuses. En marge d’une conférence de presse tenue hier sur l’évaluation du Système national d’intégrité, le Président de Social Watch Gustave Assah s’est contenté de condamner l’utilisation faite des réseaux sociaux qui se traduit par la pratique qui consiste à tout balancer sur la toile. Il affirme avoir reçu une vingtaine d’appels téléphoniques depuis le matin que ledit document est sur les réseaux sociaux. Du coup, on se demande si ce ne sont pas ces pressions qui empêchent Social Watch de confirmer ou d’infirmer l’existence d’une telle lettre. Jusqu’à quand le réseau va garder le silence face à la polémique qui enfle ?

M.M

Cet article a été relayé par un programme informatique depuis le site Le Matin Libre. Jolome News n’offre aucune forme de garantie sur le contenu de cet article.

Ajouter votre commentaire

Jolome Bénin © 2017 - bjnews (arobase) jolome.com