Politique
François Hollande
Nikki Haley

Syrie : Après les frappes occidentales, quelle stratégie?

Source: Le Matin Libre

frappes-Syrie

« Mission accomplie » pour Donald Trump suite aux frappes sur la Syrie vendredi soir, menées conjointement par les Etats-Unis, la France et le Royaume-Uni. Une ligne que ne partage pas tout à fait Paris qui souhaite au contraire capitaliser sur ces frappes coordonnées pour relancer la machine diplomatique sur le dossier syrien.
Avec notre correspondante à New York,  Marie Bourreau

La machine s’était grippée du fait des vetos successifs de Moscou sur la Syrie et des processus politiques parallèles à Sotchi et Astana. Paris entend reprendre l’initiative sur le front diplomatique et montrer aux Américains que cette fermeté signalée par les frappes doit être suivie d’effet, confirme l’ambassadeur français aux Nations unies, François Delattre : « Ces frappes sont une réponse nécessaire au service du droit et au service de notre stratégie politique pour mettre un terme à la tragédie syrienne »

Paris a annoncé travailler à un nouveau projet de résolution pour trouver une issue à la crise syrienne sur les trois sujets clés du chimique, de l’humanitaire et du politique.

Nikki Haley, l’ambassadrice américaine, a éludé le sujet : « Notre stratégie en Syrie n’a pas évolué (…) J’ai parlé au président et il m’a dit :"Si le régime syrien utilise de nouveau des gaz toxiques, les Etats-Unis sont prêts à dégainer". Quand notre président désigne une ligne rouge, le président applique cette ligne rouge. »

L’ONU appelle à la retenue et au respect du droit international

A New York, ce samedi 14 avril, l’ONU appelle à la retenue de tous les acteurs dans ce conflit syrien, après ces frappes occidentales, lancées la nuit dernière à 4 heures du matin à Damas. Ce sont des frappes en réponse à l’attaque chimique présumée qui a visé les civils de Douma. Une attaque imputée au régime de Damas qui a eu lieu la semaine dernière, le 7 avril. De son côté, la Russie convoque une réunion d’urgence du Conseil de sécurité, qui se tiendra à 15 heures (TU).
Cela a été exprimé de manière très claire un peu plus tôt dans la journée de vendredi par le secrétaire général de l’ONU, António Guterres, qui a annoncé qu’il retardait son départ pour l’Arabie saoudite pour gérer les suites de l’opération militaire. La Russie a demandé en urgence une réunion du Conseil de sécurité qui se tiendra à 15 heures (TU).

Vladimir Poutine a dénoncé « avec la plus grande fermeté » les frappes menées par les Etats-Unis et leurs alliés. Moscou va demander publiquement des comptes aux trois Etats membres qui ont conduit des frappes cette nuit. La Russie a des arguments pour cela puisque Paris, Washington et Londres se sont passés d’un mandat de l’ONU pour mener leur riposte militaire.

A l’ONU, la valeur morale n’a aucune valeur légale

Les trois capitales pourront aussi difficilement convaincre que ces frappes se justifiaient par la légitime défense, comme François Hollande l’avait fait par exemple à la suite de l’attentat contre le Bataclan en 2015. A moyen terme, le Conseil pourrait relancer des négociations pour un mécanisme d’enquête sur les armes chimiques. António Guterres l’a appelé dans son communiqué, mais cela dépendra de la Russie et il faudra voir si Moscou cherche la voie de l’apaisement.

La question de la légalité de ces frappes s’était posée depuis leur évocation il y a une semaine. L’argument des trois Etats membres était le suivant : avoir un impératif moral à rétablir une ligne rouge sur l’usage de ces armes chimiques. Mais à l’ONU, cette valeur morale n’a aucune valeur légale. Le secrétaire général, António Guterres, l’a précisé dans son communiqué.

Il reconnait le caractère abject des armes chimiques mais il demande aux Etats membres d’agir en conformité avec la charte de l’ONU et le droit international, et surtout de faire preuve de retenue pour éviter une escalade de la situation. C’est ce que craignent l’ONU et son secrétaire général.

rfi.fr

Cet article a été relayé par un programme informatique depuis le site Le Matin Libre. Jolome News n’offre aucune forme de garantie sur le contenu de cet article.

Ajouter votre commentaire

Jolome Bénin © 2018 - bjnews (arobase) jolome.com