Politique
Candide Azannaï
Patrice Talon

Vacance du poste du ministre déléguéchargé de la défense : Azannaï était-il indispensable dans le gouvernement ?

Source: Le Matin Libre

candide azannai

L’ancien ministre délégué auprès du Président de la République chargé de la défense, Candide Azannaï a démissionné du gouvernement de la Rupture depuis le 27 mars 2017 et depuis aucun signe pressant de pourvoir à ce poste pourtant jugé très sensible par certains observateurs. A l’antipode de ce départ d’Azannaï, le ministre des transports et des infrastructures, Hervé Hehomey limogé le 18 septembre 2017 a été invité à passer la main au ministre par intérim, José Didier Tonato le 26 septembre 2017 soit juste une semaine après. Si la démission de Candide Azannaï ne s’est pas tellement ressentie dans les actions du gouvernement au point de susciter l’urgence de nommer un nouveau ministre de défense, il y a lieu de se demander si l’ancien grand ami du Chef de l’Etat était indispensable au sein de l’équipe gouvernementale. Soutien de première heure du Président Patrice Talon, l’ex ministre Candide Azannaï s’était-il vu confier un portefeuille ministériel vide et sans grande importance ? En tout cas, c’est la question qui trottine dans la tête de bon nombre de béninois au regard de la longue durée de vacance de son poste. Si dans tout gouvernement, le poste de ministre de défense est généralement confié à des hommes de confiance, le titre “délégué“ semblait restreindre les prérogatives du ministre Azannaï, selon certains analystes politiques. Il n’aurait pas assez de marges de manœuvres, d’après d’autres sources. D’ailleurs, les dernières correspondances que se sont échangées les deux anciens alliés semblaient aussi démontrer combien la démission du ministre n’inquiétait guère l’équipe gouvernementale et son chef. Quand bien même il a été annoncé que le chef de l’Etat va gérer lui-même le portefeuille dont il était de fait titulaire puisque Candide Azannaï était ministre délégué, il importe de souligner que la discorde a surement perduré entre deux anciens amis. Le désamour consommé, l’opposition est désormais l’option choisie par celui qu’on voyait comme le bras droit du Président de la République.

M.M

Cet article a été relayé par un programme informatique depuis le site Le Matin Libre. Jolome News n’offre aucune forme de garantie sur le contenu de cet article.

Ajouter votre commentaire

Jolome Bénin © 2017 - bjnews (arobase) jolome.com